Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. Jean 1:29.

Daniel reçut une vision de bêtes féroces représentant les puissances de cette terre. Mais l’emblème du royaume messianique est un agneau. Alors que les royaumes terrestres gouvernent par la force, le Christ bannit toute arme humaine et tout moyen de coercition. Son royaume est établi pour élever et ennoblir l’humanité déchue.8The S.D.A. Bible Commentary 4:1171.

Le premier holocauste offert par Adam lui causa une douleur cuisante. De sa propre main, il dut ravir à un être la vie que Dieu seul pouvait donner. … En égorgeant l’innocente victime, il frissonna à la pensée que son péché ferait couler le sang de l’Agneau de Dieu. Cette scène lui donna un sentiment plus profond et plus vif de la gravité d’une faute qui ne pouvait être expiée que par la mort d’un être cher au cœur du Très-Haut. Puis Adam s’émut devant la bonté infinie de celui qui consentait à offrir au pécheur une telle rançon.9Patriarches et prophètes, 46.

Les types et les ombres du service lévitique, avec les prophéties, ne donnaient aux Israélites qu’une vue peu claire de la miséricorde et de la grâce que le Christ a révélées au monde. … L’homme ne peut observer la loi morale que grâce au Christ. En transgressant cette loi l’homme avait introduit le péché dans le monde, et par le péché la mort. Le Christ devint la propitiation pour le péché de l’homme. Il offrit sa perfection de caractère en lieu et place de l’état de péché de l’homme. Il prit sur lui la malédiction attachée à la désobéissance. Les sacrifices et les offrandes préfiguraient le sacrifice qu’il allait accomplir. L’agneau immolé était un type de l’Agneau qui ôte le péché du monde. …

Il existe une parfaite harmonie entre la loi et l’Evangile. Ils s’appuient mutuellement. Avec toute sa majesté, la loi affronte la conscience; elle fait sentir au pécheur combien il a besoin du Christ en tant que propitiation pour le péché. L’Evangile reconnaît l’autorité et l’immutabilité de la loi. “Je n’ai connu le péché que par la loi”, déclare Paul. Romains 7:7. Le sentiment du péché, provoqué par la loi, jette le pécheur aux pieds du Sauveur. Dans son besoin, l’homme peut invoquer le puissant argument fourni par la croix du Calvaire. Il peut s’approprier la justice du Christ, communiquée à tout pécheur repentant.10Messages choisis 1:279, 283.

Puissance de la Grâce – Ellen White