Il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. Hébreux 9:12.

Toute âme a de la valeur aux yeux de Dieu, car elle a été rachetée par le précieux sang de Jésus-Christ.34Testimonies for the Church 5:623, 624.

On a parlé de la période juive comme d’une période sans miséricorde ou sans grâce. A ceux qui formulent une telle déclaration on peut appliquer les paroles du Christ aux sadducéens: “Vous ne comprenez ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu.” Marc 12:24. La période de l’économie juive fut caractérisée par l’une des plus merveilleuses manifestations de la puissance divine. …

Le système même des sacrifices avait été conçu par le Christ et donné à Adam pour préfigurer la venue du Seigneur qui devait porter les péchés du monde et mourir pour sa rédemption. Le sang du Fils de Dieu était symbolisé par le sang des victimes égorgées et Dieu avait donné des indications précises et définies pour qu’on différencie le sacré du profane. Le sang était sacré puisque en versant son sang le Fils de Dieu seul pouvait faire l’expiation du péché; le sang des victimes était aussi employé pour purifier le sanctuaire des péchés du peuple et symbolisait le sang du Christ qui seul peut effacer les transgressions.35Sons and Daughters of God, 225.

Notre Sauveur déclare qu’il nous a apporté des cieux la vie éternelle comme un don précieux. Il devait subir la croix du Calvaire pour attirer tous les hommes à lui. Comment considérons-nous dès lors l’héritage offert par le Christ? La tendresse, l’estime d’autrui, la bonté, la sympathie et l’amour devraient nous caractériser. Efforçons-nous de nous entraider et de nous bénir les uns les autres. Cette œuvre est plus qu’une fraternité humaine; nous avons à nos côtés l’exaltante présence des anges célestes. …

Le Christ se proposa, de concert avec son Père, de ne rien épargner, même si le prix demeurait très élevé, pour sauver le pécheur. L’Eternel aurait donné tout le ciel pour cette œuvre de salut qui consistait à restaurer en l’homme l’image de Dieu. … Etre un enfant de Dieu, c’est s’unir avec Christ dans le Père; c’est se mettre à l’œuvre avec ferveur, avec un amour capable de sacrifice pour fortifier et pour bénir les âmes qui périssent dans leurs péchés.36Sons and Daughters of God, 229.

Puissance de la Grâce – Ellen White