Je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple. Ésaïe 6:1.

Avant d’envoyer Esaïe porter un message à son peuple, Dieu, dans une vision, lui permit d’entrevoir le lieu très saint. Soudain, la porte du temple s’ouvrit, le voile fut tiré, et il put regarder à l’intérieur du saint des saints, là où même un prophète ne pouvait pénétrer. Il vit alors Jéhovah sur un trône élevé, remplissant le temple de sa gloire. Auprès de lui se tenaient des séraphins, comme des gardes autour du grand Roi, reflétant la gloire qui les environnait. Tandis que retentissaient les chants de louange et d’adoration, les piliers de la porte furent ébranlés comme par un tremblement de terre. Avec des lèvres que le péché n’avait jamais souillées, ces anges louaient Dieu, disant: “Saint, saint, saint est l’Eternel des armées, toute la terre est pleine de sa gloire.” Ésaïe 6:3.

Les séraphins qui entourent le trône sont tellement pénétrés de vénération devant la majesté de Dieu que, pas un instant, ils n’auraient la pensée de se considérer eux-mêmes pour s’admirer. Leurs louanges s’adressent uniquement à l’Eternel. Lorsqu’ils voient, par avance, le moment où toute la terre sera remplie de sa magnificence, leurs voix s’élèvent en un chœur harmonieux: “Saint, saint, saint est l’Eternel des armées.” Ils sont pleinement heureux de rendre gloire à Dieu et de demeurer en sa présence, ne souhaitant rien d’autre que le divin sourire de son approbation. Refléter son image, lui obéir et l’adorer, telle est leur suprême ambition.11Ministère évangélique, 17.

Ce monde que Satan a revendiqué comme lui appartenant et sur lequel il règne avec une si cruelle tyrannie, le Fils de Dieu, par un acte suprême, l’a couvert de son amour et réconcilié avec le trône de Jéhovah. Et quand son triomphe fut assuré, les chérubins, les séraphins et les multitudes innombrables des mondes qui n’ont pas péché entonnèrent des chants à la louange de Dieu et de l’Agneau. Ils se réjouirent de ce que le chemin du salut avait été ouvert à la race déchue et de ce que la terre allait être rachetée de la malédiction du péché. A combien plus forte raison ceux qui sont l’objet d’un amour merveilleux ne devraient-ils pas se réjouir! Comment pouvons-nous encore nous croire orphelins ou même être dans le doute ou l’incertitude?12Heureux ceux qui, 87.

Puissance de la Grâce – Ellen White