Ayant été tenté lui-même dans ce qu’il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés. Hébreux 2:18. {PG 166.1}
Pouvons-nous comprendre la signification de ces mots: “Christ ayant été tenté dans ce qu’il a souffert”? Alors qu’il n’était pas souillé par le péché, la sensibilité extrême de sa nature sainte lui faisait ressentir le mal avec une douleur inexprimable. Revêtu de la nature humaine, il rencontra l’imposteur face à face et il résista tout seul à l’ennemi de son trône. L’idée même de céder au pouvoir de la tentation n’effleura pas la pensée du Christ.11 {PG 166.2}
Quel spectacle pour le ciel de contempler le Christ qui, sans avoir jamais été souillé de la moindre tache de péché, prit sur lui notre nature détériorée! C’était là une humiliation si grande qu’aucun homme, être fini, ne saurait comprendre. Dieu a été manifesté dans la chair. Il s’est humilié lui-même. Quel sujet digne de profonde méditation, d’ardente contemplation: infiniment grande, la Majesté du ciel s’abaissa profondément, sans perdre pour cela le moindre atome de dignité et de gloire. Il descendit dans la pauvreté et subit le plus profond abaissement parmi les hommes. C’est pour nous qu’il est devenu pauvre, voulant que par sa pauvreté nous fussions enrichis.12 {PG 166.3}
Le monde avait perdu l’exemple initial de la bonté et il avait sombré dans l’apostasie universelle et dans la corruption morale; la vie de Jésus fut un modèle de labeur et de renoncement pour ramener l’homme à son premier état en l’imprégnant de l’esprit de la bonté divine et de l’amour désintéressé. Tout en étant dans le monde, le Christ ne faisait pas partie du monde. Quelle douleur continuelle ne devait-il pas ressentir au contact de la haine, de la dépravation, de l’impureté que Satan avait apportées avec lui! Mais le Seigneur avait une œuvre à accomplir: mettre l’homme en harmonie avec le plan divin, et la terre en relation avec le ciel. Aucun sacrifice ne lui parut trop grand pour accomplir ce plan. “Il a été tenté comme nous en toutes choses.” Hébreux 4:15. Satan était prêt à l’assaillir à chaque pas en lui présentant ses plus grandes tentations. Cependant “il n’a pas commis de péché, et dans sa bouche il ne s’est point trouvé de fraude”. 1 Pierre 2:22. “Il a lui-même souffert par l’épreuve”, il a souffert proportionnellement à sa perfection et à sa sainteté. Mais le prince des ténèbres ne trouva rien en lui.13 {PG 166.4}
Puissance de la Grâce – Ellen White