C’est ici votre heure, et la puissance des ténèbres. Luc 22:53. {PG 170.1}
Le Fils de Dieu prosterné demeurait en prière dans le jardin de Gethsémané. Etant à l’agonie, sa sueur devint comme des grumeaux de sang. Il fut alors environné par d’effroyables ténèbres. Il portait les péchés du monde et souffrait à la place de ceux qui avaient transgressé la loi de son Père. C’est ici que se place la scène de la tentation. La lumière divine fut retirée à la vue du Christ et il fut livré aux puissances des ténèbres. L’âme angoissée, Jésus demeurait prostré sur la terre froide. Il se rendait compte de la désapprobation de son Père. Il avait pris des lèvres de l’homme coupable la coupe de la souffrance pour en boire le contenu tandis qu’il lui tendait la coupe des bénédictions. La colère qui aurait dû s’abattre sur l’humanité s’abattait sur lui. C’est alors que la coupe mystérieuse trembla entre les mains de Jésus. {PG 170.2}
Le Seigneur s’était souvent retiré à Gethsémané avec ses disciples pour y méditer et y prier. … Jamais auparavant il n’avait pénétré dans ce lieu le cœur rempli d’une telle tristesse. Ce n’était pas physiquement que le Christ souffrait d’une manière si atroce. Les péchés du monde, voilà ce qui l’accablait. Le sentiment de la désapprobation de son Père, dont il était momentanément séparé comme conséquence du péché, lui brisait le cœur. … {PG 170.3}
Nous ne pouvons concevoir que très imparfaitement l’inexprimable angoisse de Jésus à Gethsémané lorsqu’il se rendit compte qu’une séparation s’était produite entre lui et son Père à cause des péchés des hommes. Il se fit péché pour l’humanité déchue. Le sentiment qu’il ressentit en perdant le contact avec l’amour de son Père augmenta l’angoisse de son âme et c’est alors qu’il poussa cette plainte déchirante: “Mon âme est triste jusqu’à la mort”. Matthieu 26:38. … {PG 170.4}
Le divin Fils de Dieu était sur le point de mourir. Le Père envoya alors un messager pour fortifier le douloureux martyr et pour le soutenir afin qu’il puisse marcher dans le chemin teinté de sang. Si les mortels avaient pu apercevoir l’étonnement et la douleur de l’armée angélique, tandis qu’elle regardait en silence cette scène poignante (le Père ôtant à son Fils ses rayons de lumière, d’amour et de gloire), ils comprendraient mieux la gravité que revêt le péché aux yeux de Dieu.19 {PG 170.5}

Puissance de la Grâce – Ellen White