C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être pour ceux qui croiraient, victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience. Romains 3:25. {PG 184.1}
Le Christ est appelé “le Seigneur de la justice”; chacun devrait dire avec foi: “Le Seigneur ma justice.” Quand la foi aura saisi ce don de Dieu, nous louerons Dieu et nous pourrons dire à d’autres: “Voici l’agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.” Jean 1:29. Nous pourrons alors parler du plan du salut à ceux qui sont perdus, leur dire: alors que le monde gisait sous la malédiction du péché, le Seigneur a fait une offre de grâce au pécheur tombé et désespéré; nous pourrons leur faire connaître la valeur et la signification de sa grâce. La grâce est une faveur non méritée. … C’est la grâce qui nous a envoyé notre Sauveur chercher les égarés pour les ramener au bercail. … {PG 184.2}
Personne ne peut, en regardant à soi, trouver dans son caractère quoi que ce soit de nature à le recommander à Dieu ou à lui donner l’assurance qu’il sera favorablement reçu. Ce n’est que par l’intermédiaire de Jésus, donné par le Père pour le salut du monde, que le pécheur peut avoir accès auprès de Dieu. Jésus est notre seul Rédempteur, Avocat et Médiateur; en lui seul réside notre espoir de pardon, de paix, de justice. C’est uniquement par la vertu du sang du Christ que l’âme atteinte par la maladie du péché peut retrouver la santé. … {PG 184.3}
Pas de mérite, pas de justice en dehors du Christ. Notre état de péché, notre faiblesse nous placent dans l’impossibilité de paraître devant Dieu à moins d’être revêtus de la justice immaculée du Christ. … {PG 184.4}
En vous laissant attirer par le Christ, en vous unissant à lui, vous manifestez une foi salutaire. … La foi familiarise l’âme avec l’existence et la présence de Dieu; si nous vivons avec l’unique préoccupation de glorifier Dieu, nous discernons toujours mieux la beauté de son caractère, l’excellence de sa grâce. Nos âmes acquièrent une force spirituelle, dès lors que nous respirons une atmosphère céleste. … Nous sommes élevés au-dessus du monde, nous contemplons Celui qui se distingue entre dix mille, dont toute la personne est pleine de charme; à force de le contempler nous lui devenons semblables.55 {PG 184.5}

Puissance de la Grâce – Ellen White