Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai. Jean 16:7. {PG 196.1}
L’Esprit consolateur promis par le Christ après son ascension est l’Esprit dans toute la plénitude de la Divinité. Il révèle la puissance de la grâce divine à tous ceux qui, par la foi, reçoivent le Christ comme leur Sauveur personnel.14 {PG 196.2}
Le Saint-Esprit repose sur les serviteurs de Dieu consacrés à son service, où qu’ils soient. Les paroles adressées aux disciples sont aussi pour nous. Le Consolateur est aussi bien le nôtre que le leur.15 {PG 196.3}
Il n’y a pas de meilleur consolateur que le Christ, si tendre et si fidèle. Il est ému par nos infirmités. Son Esprit parle à notre cœur. Quand les circonstances nous séparent de nos amis, quand un océan immense et furieux s’étend entre eux et nous, ils sont incapables, malgré leur amitié sincère, d’avoir pour nous ces attentions qui seraient reçues avec reconnaissance. Mais aucune circonstance, aucune distance ne peut nous séparer de notre Consolateur céleste. Où que nous allions, où que nous soyons, celui qui nous a été donné pour remplacer le Christ et parler en son nom est toujours à notre droite pour nous adresser des paroles douces et réconfortantes, pour nous soutenir et nous encourager. L’influence du Saint-Esprit est la manifestation de la vie du Christ dans l’âme. Tous ceux qui le reçoivent porteront des fruits excellents: l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la foi.16 {PG 196.4}
Le Saint-Esprit demeure à jamais chez quiconque recherche la perfection du caractère chrétien. Lors de chaque danger, de chaque tentation, le Saint-Esprit procure aux âmes croyantes, qui luttent et se débattent, la pureté des motifs, des principes vivants et actifs. Il soutient les croyants au milieu de la haine du monde, de l’inimitié des parents, des déceptions, de la prise de conscience de l’imperfection et des erreurs de la vie. Subordonnée à la pureté et à la perfection incomparables du Christ, la victoire est assurée à quiconque tourne ses regards vers l’Auteur et le Consommateur de notre foi. … Il a porté nos péchés, afin que, par lui, nous soyons moralement excellents et que nous parvenions à la perfection du caractère chrétien.17 {PG 196.5}

Puissance de la Grâce – Ellen White