Il (Dieu) essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Apocalypse 21:4.

La douleur ne saurait exister dans le ciel. Dans la demeure des rachetés, il n’y aura ni larmes, ni cortèges funèbres, ni vêtements de deuil. Là, “aucun habitant ne dit: Je suis malade! Le peuple de Jérusalem reçoit le pardon de ses iniquités”. Ésaïe 33:24. Le bonheur deviendra toujours plus intense, à mesure que se déroulera l’éternité.32Témoignages pour l’Église 3:513.

Le moment attendu impatiemment par les hommes de Dieu depuis le jour où les chérubins ont interdit l’accès du paradis est enfin venu; c’est le temps “de la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis”. Ephésiens 1:14. La terre, originellement remise à l’homme comme son royaume, livrée par lui entre les mains de Satan, et si longtemps détenue par cet ennemi redoutable, a été reconquise grâce au vaste plan de la rédemption. Tout ce qui avait été confisqué par le péché est récupéré. … Le plan originel de Dieu lorsqu’il créa la terre est réalisé: celle-ci est désormais la demeure éternelle des rachetés. …

“C’est alors que le désert et le pays aride se réjouiront”, que “la plaine aride sera dans l’allégresse et fleurira comme le lis”. Ésaïe 35:1. “Au lieu de l’épine s’élèvera le cyprès, au lieu de la ronce croîtra le myrte.” Ésaïe 55:13. “Le loup habitera avec l’agneau, et la panthère se couchera avec le chevreau; … et un petit enfant les conduira.” Ésaïe 11:6. “Il ne se fera ni tort ni dommage sur toute ma montagne sainte” (v. 9), dit l’Eternel.33La tragédie des siècles, 732, 734.

Il en restera toutefois un souvenir: les traces cruelles de sa crucifixion resteront à jamais visibles à la tête, au côté, aux mains et aux pieds de notre Rédempteur. …

La grande tragédie est terminée. Le péché et les pécheurs ne sont plus: l’univers est purifié. Dans l’immense création, tous les cœurs éprouvent la même allégresse. Des ondes de vie, de lumière et de joie, jaillissant du trône du Créateur, envahissent les derniers recoins de l’espace infini. De l’atome le plus imperceptible aux mondes les plus vastes, tant des êtres animés que des objets inanimés, s’élève, par la voie de leur beauté incomparable et de leur joie sans mélange, un cantique d’allégresse proclamant que Dieu est amour.34La tragédie des siècles, 732, 737.

Puissance de la Grâce – Ellen White