Les fils des prophètes qui étaient à Jéricho, vis-à-vis, l’ayant vu, dirent: L’esprit d’Elie repose sur Elisée! Et ils allèrent à sa rencontre, et se prosternèrent contre terre devant lui. 2 Rois 2:15.

Les serviteurs de Dieu doivent travailler pour les classes supérieures. Cela ne signifie cependant pas qu’ils doivent se lier aux grands de ce monde, comptant sur eux pour la force, l’influence et le succès. Le Seigneur inclinera souvent le cœur des hommes occupant des postes aux grandes responsabilités à accorder des faveurs au peuple de Dieu qui garde ses commandements. Mais quand les serviteurs de Dieu s’éloignent de lui pour solliciter la considération des hommes du monde, ils échangent la puissance pour la faiblesse.

Nous avons devant nous une œuvre solennelle à accomplir. Nous ne pourrons comprendre son importance qu’à la lumière que la Parole de Dieu fait briller sur le passé et le présent. Qui s’en tient fermement à la foi présentée une fois pour toutes aux saints? Qui, parmi les cris divergents, fait preuve d’une confiance inébranlable en la Parole de Dieu? La foi d’aujourd’hui nous rattache au passé et nous dirige vers l’avenir.

L’expérience du prophète Elisée peut nous enseigner de précieuses leçons. Il fut choisi par le Seigneur comme serviteur d’Elie. Au sein des épreuves et des difficultés, il se montra digne de la confiance qui lui avait été faite. Il était prêt à être et à faire tout ce que le Seigneur lui demanderait. Il ne cherchait pas à esquiver le plus humble travail. Il était aussi fidèle dans l’accomplissement des petites tâches que dans celui des plus hautes responsabilités. Il était prêt à servir où que le Seigneur le place, même si cette position rebutait ses inclinations naturelles. A chaque pas, il apprenait les leçons de l’humilité et du service. …

“Lorsqu’ils eurent passé, Elie dit à Elisée: Demande ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je sois enlevé d’avec toi. Elisée répondit: Qu’il y ait sur moi, je te prie, une double portion de ton esprit!” 2 Rois 2:9. Il ne demanda ni les honneurs du monde, ni une place parmi les grands hommes de cette terre. Il soupirait après une double portion de l’esprit donné à celui que Dieu se préparait à honorer en l’enlevant au ciel. Il savait que seule une double portion de l’esprit qui reposait sur Elie pouvait le rendre à même de prendre la place du grand prophète, car celui-ci possédait l’expérience et la sagesse de l’âge, qui ne peuvent être transmises aux jeunes par aucune méthode. …

Qu’auriez-vous répondu si une telle question vous avait été posée? En vous engageant au service de Dieu, quel est le plus grand désir de votre cœur? — Manuscrit 114, 1901 (13 novembre 1901), “Leçons tirées de l’expérience d’Elisée”.

Levez vos yeux en haut – Ellen G. White