Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées. Apocalypse 4:11.

C’est dans le cœur que la vérité doit commencer son œuvre. Elle doit être une puissance dans la vie et le caractère. Si elle est reçue dans le cœur et le caractère, elle agira comme du levain, comme un principe générateur de vie, transformant l’être tout entier.

La vérité donne esprit et vie aux déclarations du Christ. Si elle est appréciée et respectée, elle incitera l’homme à se détourner de ses mauvaises voies. La vérité et l’erreur ne peuvent demeurer dans le même cœur. “Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, déclare le Christ, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse.” Matthieu 12:30.

La sagesse, l’intelligence, le pouvoir — ces facultés ne sont pas Dieu. Mais Dieu est la source de toute sagesse, de toute grâce, de toute puissance. Dieu donna à Lucifer sa sagesse et sa force, cependant cette intelligence n’était pas Dieu lui-même. Nous devons connaître Dieu tel qu’il est révélé dans ses ouvrages merveilleux. Qui en cherchant peut trouver Dieu? Cela ne fait pas partie de notre tâche. … Le caractère de Dieu est formulé dans les dix commandements. Connaître Dieu tel qu’il est — voilà la science de toute bonté, de toute vérité et de toute justice. Nous devons obéir à chaque expression de son caractère tel qu’il est révélé dans sa loi.

Dieu exige l’obéissance, non dans le but de manifester son autorité, mais pour que nous puissions devenir un avec lui par le caractère. Nous trouverons en Dieu les traits de caractère nécessaires pour former les nôtres à son image. Nous devons édifier des caractères en harmonie avec la Divinité. Ainsi, notre nature se spiritualise dans chacune de ses facultés.

Nous ne pourrons jamais donner par les mots une image exacte de la gloire et de la majesté de Dieu. Elle transcende toute expression. Mais nous pouvons jouir de la contemplation de Dieu et du sentiment de sa présence. Nous pouvons connaître de lui tout ce que nous sommes capables de supporter. Nous pouvons lui parler par la prière.

Parfois, lorsque notre foi est complète en lui, nous conversons avec lui, et par la foi nous soutenons la vue de l’Invisible. La foi le révèle et nous contemplons tout ce que nous pouvons supporter. Quand, dans les moments de difficulté et de perplexité, nous nous confions entièrement en lui, nous avons un sentiment concret de sa présence et de sa puissance réconfortante qui pénètre tout. Nous comprenons alors que l’Eternel est vraiment notre force et notre partage, pour toujours. Nous pouvons être un avec Dieu en Christ. Mais n’entreprenons pas de définir Dieu comme une essence. Ne vous aventurez jamais, jamais, sur le chemin qui conduirait à incorporer Dieu aux objets de sa création. — Manuscrit 126, 1905 (29 novembre 1905), “Un avertissement contre les dangers présents”.

Levez vos yeux en haut – Ellen White