Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact. Actes 17:11.

Une étude superficielle des Ecritures n’offre que peu d’avantages. Si nous voulons pleinement comprendre les paroles du Christ, nous devons accompagner de réflexion l’étude des Ecritures. Il ne faut pas ouvrir la Bible avec indolence et paresse, mais avec respect. La Parole du Christ est esprit et vie pour quiconque la reçoit. Il disait aux pharisiens: “Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi.” Jean 5:39. Ils étudiaient les Ecritures à la recherche de preuves de la venue du Christ, regroupant tous les textes concernant la façon dont, à leur avis, il allait venir, alors qu’il se trouvait au milieu d’eux; mais ils ne le discernaient pas par la foi. …

De nos jours, comme à l’époque du Christ, on lira mal, on interprétera mal les Ecritures. Si les Juifs avait étudié les Ecritures d’un cœur fervent, humble, dans la prière, leurs recherches auraient été récompensées par une connaissance authentique du moment, et non seulement du moment, mais aussi de la manière dont le Christ devait apparaître pour la première fois. Ils n’auraient pas appliqué la gloire de la seconde venue du Christ à la première. Ils avaient le témoignage de Daniel. Ils disposaient du témoignage d’Esaïe et d’autres prophètes. Ils possédaient les enseignements de Moïse. Cependant, alors que le Christ était déjà au milieu d’eux, ils sondaient les Ecritures pour en tirer des faits concernant sa venue. Parallèlement à ces recherches, ils faisaient subir au Christ les sévices mêmes qui avaient été prophétisés. Ils étaient tellement aveuglés qu’ils ne connaissaient pas le temps où ils étaient visités; ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient. Ils accomplissaient ainsi les Ecritures.

Beaucoup agissent de même aujourd’hui … parce qu’ils n’ont aucune expérience du message déterminant contenu dans la proclamation du premier, du second et du troisième ange. Certains sondent les Ecritures pour découvrir la preuve que ces messages sont encore à venir. Ils rassemblent les éléments de vérité des messages mais ils ne les situent pas au bon moment dans l’histoire prophétique. De ce fait, ils risquent de tromper les membres quant à la place chronologique de ces messages. Ils ne discernent ni ne comprennent les temps de la fin; ils ne savent pas où placer les messages. … La sentinelle doit savoir où en est la nuit. Tout est maintenant enveloppé d’une solennité que quiconque croit en la vérité devrait percevoir et ressentir. … Toutes les petites choses de la vie ne sont plus qu’un atome de poussière. Celles qui concernent l’éternité sont d’une grande importance. — Manuscrit 41a, 1896 (20 décembre 1896), manuscrit sans titre.

Levez vos yeux en haut – Ellen G. White